Vivre en Tarentaise,                                                                                                                               Le 28 mars 2006

 

 

à Monsieur le Maire de Bourg Saint Maurice,

Président de la commission eau du contrat de bassin versant.

 

 

 

Objet : déstabilisation des torrents du versant des Arcs.

 

 

                   Monsieur le Maire,

 

 

         Nous avons  l’honneur d’attirer de nouveau votre attention sur les risques qui pèsent sur la population des villages situés au pied de la station des  Arcs-Peisey-Vallandry. Depuis le dernier épisode de laves torrentielles, des travaux ont été réalisés aussi bien sur le ruisseau des Villards à Landry que sur le Saint-Pantaléon à Hauteville-Gondon. Beaucoup d’acteurs s’accordent pour considérer que ces aménagements étaient nécessaires, mais qu’ils ne sont hélas pas suffisants pour garantir la sécurité des populations menacées en cas de précipitations  exceptionnelles.

 

         Différentes études ont été menées au cours des six années passées : une première par le cabinet ERTM, plusieurs par les services du RTM et une dernière par le cabinet ANTEA. Chacun des auteurs a avancé des solutions dont seules quelques bribes sont parvenues aux oreilles des habitants. Elles  ont probablement toutes des avantages et des inconvénients. Dans tous les cas, il semble que les sommes à mobiliser soient importantes. Cela explique qu’une grosse demande de subvention ait été présentée dans le cadre du PAPI qui est lié au contrat de bassin versant en cours d’élaboration. Malheureusement, il semble que la réponse soit négative.

 

         En conséquence, il apparaît que la commune de Bourg Saint-Maurice dispose de nombreux éléments permettant de faire des choix techniques et l’élaborer une programmation des travaux. Le problème du financement reste à résoudre en sollicitant les différents partenaires possibles : Etat, Région, Département, Communes, Sociétés de remontées mécaniques…En effet, s’il est de notoriété publique que les ruisseaux concernés ont toujours été capricieux, il est clair également que l’urbanisation massive réalisée durant les deux dernières décennies ainsi que le remodelage du relief pour mieux conserver la neige ont contribué à aggraver le problème. Il ne s’agit pas ici de répartir les parts de responsabilité, mais les sociétés qui gèrent le domaine skiable ne peuvent de désintéresser de ce grave sujet. L’Etat garant de la sécurité de la population devrait aussi se sentir concerné.

 

         Nous considérons que la population des deux communes menacées s’est montrée très patiente jusqu’à aujourd’hui, et qu’elle a le droit de savoir ce que les responsables de collectivités locales envisagent pour palier à ce risque important.

 

         Aussi, nous nous permettons de solliciter de votre part, une réunion d’information permettant de faire le point sur ce dossier très délicat.  Elle pourrait rassembler des élus, les responsables des différentes études, des représentants des sociétés de remontées mécaniques et les associations locales concernées.

 

         En espérant une réponse positive de votre part, nous vous adressons, Monsieur le Maire, nos sincères salutations.

 

Au nom de Vivre en Tarentaise, Alain Machet.