Communiqué de presse

 

En marche contre la Transvalquad

 

Ce dimanche 4 juillet, onze associations, locales ou nationales, avaient dépêché leurs présidents en Maurienne pour manifester leur opposition déterminée au cirque motorisé de la ‘Transvalquad’ qui livre, cinq jours durant, les pistes d’alpage jusqu’à 2400 mètres d’altitude, aux rodéos fumants et vrombissants de 2500 quads.

 

Bannières au vent, masque-à -gaz au visage, porteurs à dos-d’homme des grandes lettres du mot « Silence ! », ils se sont rendus au centre du village. Provocations et marques d’hostilité des quadistes en nombre ne les ont pas détournés de leur objectif annoncé : déposer symboliquement une couronne mortuaire à la porte de la mairie de Valloire. Sur la gerbe, chacun pouvait lire : « Aux amoureux de l‘air pur et du silence, la planète reconnaissante ». Les associations ont rappelé alors, sans détour, par la voix de l’un des siens, les motifs de leur présence.

 

Une fois de plus, c’est à la promotion commerciale d’une activité de loisir agressive, polluante et nuisible que nous avons assisté, une incitation incivique et irresponsable à la réquisition au service d’intérêts privés d’une part de notre patrimoine naturel commun, bien au-delà de Valloire ou Valmeinier.

 

Avec cette douzième édition, preuve est faite une fois de plus, quoique prétendent à l’envi les organisateurs, que leurs engagements ne sont que des leurres. Les autorités préfectorales savent aujourd’hui que les directives énoncées en sous-préfecture le 17 juin n’ont pas été respectées : ni les dates d’autorisation, ni le nombre, ni la vitesse des engins en circulation, ni le refus de passage de certains propriétaires privés jusqu’à l’intervention comminatoire de la gendarmerie le 3 juillet. Les lits de torrents n’ont pas été davantage épargnés : photos et témoignages en attestent ; et le trop-plein des « fosses » de lavage des quads, improvisées en bordure de la Valloirette, se déversait … dans le torrent !

 

Sans parler du vacarme et de la poussière.

 

Sur la voie publique, la vigilance de la gendarmerie a été mise à rude épreuve : excès de vitesse, défaut d’immatriculation , défaut de port du casque, ses agents ont relevé et sanctionné un nombre inhabituel

d’infractions aux code de la route. A quand une aussi grande sévérité pour les infractions au code de l’environnement ?

 

Conspués par les quadistes, encouragés par les Valloirins inquiets de ces dérèglements, dont la parole se libère, et par les vacanciers qui ne reconnaissaient pas la station-village qui leur avait été promise, les représentants de nos associations ont, une fois de plus, demandé l’arrêt de ce cirque mécanique.

 

Combien de quads vendus lors du salon des importateurs de cette douzième Transvalquad ? Où les retrouverons nous dans les semaines et les mois à venir ? Quelles montagnes iront-ils polluer ?

Nous avons encore du pain sur la planche…

 

Valloire, Saint-Jean de Maurienne, Chambéry, Grenoble et Paris, le mardi 6 juillet 2004

 

Agir pour l'Environnement, Centre Ornithologique Rhône-Alpes, Fédération des Clubs Alpins Français, France Nature Environnement, Fédération Rhône-Alpes de Protection de la Nature, La Foncière, La Harde, Mountain Wilderness France, Paysages de France, Valloire Nature et Avenir, Vivre en Maurienne, Vivre en Tarentaise.