Vivre en Tarentaise, le 14 avril 2002.

à Monsieur Hugues Lambert,

Direction des routes départementales

Hotel du Département, Chambéry.

Objet: déviation de Bourg Saint Maurice

Monsieur,

A la suite de notre récente réunion concernant le projet de délestage de Bourg Saint Maurice, nous tenons à vous remercier de nouveau pour avoir bien voulu nous consulter sur ce dossier. Depuis quelques jours, nous avons rencontré diverses personnes concernées par cet aménagement, et nous leur avons transmis les précisions que vous avez bien voulu nous confier.

Il ressort malgré tout très souvent que beaucoup d'habitants d'Hauteville et de Landry craignent une arrivée massive de véhicules depuis le rond-point du pont des Raves. Une pétition circulerait à ce sujet.

D'autre part et après réflexion, nous nous demandons s'il est bien nécessaire d'envisager une liaison entre la zone artisanale des Colombières et le futur délestage. Le trafic routier associé paraît bien modeste. Il serait possible de prendre en compte ces deux points en réalisant la voie délestée en passage inférieur au niveau de la base de canoë, sans réaliser de rond-point. Dans tous les cas, il paraît indispensable d'envisager un moyen sérieux et efficace pour empêcher le flux descendant de voitures d'emprunter la route d'Hauteville. Une simple barrière amovible pourrait être déplacée rapidement par des touristes impatients…

De plus, nous maintenons qu'il nous semble anormal d'obliger le trafic lié aux Arcs à traverser Bourg Saint Maurice. Si l'un des objectifs affichés est la sécurité des piétons et des cyclistes, si un autre est d'améliorer la qualité de vie des habitants, il n'y a pas à hésiter, il faut réaliser un échangeur à Malgovert et signaler la zone commerciale et ses hypermarchés.

Enfin, nous avons omis d'aborder lors de notre rencontre deux points importants :

1°) La collecte des eaux salées ou chargées d'hydrocarbures le long du bassin de Montrigon . La protection de la vie aquatique paraît de voir l'imposer.

2°) La réglementation future en matière de publicité le long de la future voie. Il serait souhaitable d'exclure totalement la publicité en bordure du tracé sous peine de rendre inutiles les efforts qui sont envisagés au niveau du paysage.

En espérant , par ces contributions, rendre le dispositif plus efficace pour la population locale et pour les touristes, nous vous prions de croire, Monsieur, à l'assurance de notre considération distinguée.

Au nom de l'association : Le président Alain Machet