Vivre en Tarentaise, le 28.9.02.

A Monsieur le Maire de Bourg Saint Maurice.

 

Objet : projet de délestage de Bourg saint Maurice.

 

Monsieur le Maire,

 

Notre association a l'honneur d'attirer de nouveau votre attention sur le projet de délestage de Bourg Saint Maurice. Il semble que le tracé soit désormais arrêté et différents points continuent de nous inquiéter. Les contacts que nous avons avec la population locale nous poussent à intervenir de nouveau sur ce projet.

En premier lieu, nous pensons à la qualité de vie au centre ville de Bourg : niveau sonore, pollution atmosphérique, et fluidité du trafic. Il se confirme que l'idée d'imposer la traversée de la cité boraine aux touristes se rendant aux Arcs n'a pas été abandonnée. Cela nous semble regrettable et à la limite antidémocratique. Les automobilistes se rendant à Val d'Isère seront dispensés de cette traversée. Pourquoi pas ceux se rendant aux Arcs ?

En second lieu, nous continuons de nous interroger au sujet du rond point du pont des Raves. Il est évident qu'une partie importante du flot de véhicules tentera de fuir les embouteillages vers Hauteville et Landry. Les habitants de ces villages seront privés de visite à Bourg le samedi pour cause d'embouteillages. Certes un passage souterrain est prévu pour les jours de pointe. Des gendarmes seront chargés de veiller à la bonne orientation du trafic à ce carrefour….. Mais pourquoi, imposer à priori à ces gendarmes de monter la garde à un carrefour de plus, un grand nombre de jours par an ? Ne seraient-ils pas mieux employés ailleurs ? Est-ce qu'il ne s'agit pas là à l'évidence d'une grave erreur d'aménagement ?

Pourquoi refuser d'envisager une tranchée couverte sur quelques centaines de mètres pour résoudre ce problème ? Cela aurait le mérite de préserver davantage le site du canoë kayak pour lequel de gros investissements ont été consentis. Comment se fait-il que ce souhait, partagé largement par l'ensemble de la population, ne soit pas mieux entendu ? Si la zone artisanale des Colombières doit être reliée au délestage, cela doit être possible quelle que soit la solution retenue. Mais le trafic associé à ce secteur ne semble pas justifier un tel aménagement.

Enfin, le mur antibruit qui devrait tenter de préserver le quartier de la Régence des nuisances sonores a vu sa taille se réduire récemment. Cette modification ne risque t-elle pas de rendre ce dispositif nettement moins efficace ?

Ces trois points que nous venons d'évoquer retiennent l'attention de la plus grande partie de la population qui partage nous le savons notre étonnement. Que dira-t-on dans dix ans, quand la population boraine exaspérée par le trafic routier réclamera que les automobiles se rendant aux Arcs empruntent la voie rapide ? Combien de morts ou de blessés dans les traversées d'Hauteville et Landry faudra-t-il pour qu'on envisage enfin un passage dénivelé au pont des Raves ?

Aussi, nous espérons, Monsieur le Maire, que vous pourrez prendre en compte nos interrogations.

Dans l'espoir de rencontrer notre compréhension, nous vous transmettons, Monsieur le Maire, nos sincères salutations.

 

Au nom de l'association : le président, Alain Machet.

 

Retour Accueil