Quelques bonnes raisons pour trier ses déchets.

 

La population terrestre augmente de façon inquiétante. Notre planète n’aura pas toujours la capacité de nourrir et d’approvisionner cette population. L’homme en développant ses activités occupe, aménage, exploite des surfaces de plus en plus grandes à la surface du globe. Cela se traduit par la disparition d’un nombre important d’espèces végétales ou animales. Le patrimoine biologique, minéral et énergétique de notre bonne vieille Terre s’appauvrit.

 

D’autre part, la totalité de notre planète est concernée désormais par la pollution atmosphérique et aquatique. On retrouve les traces des rejets de nos automobiles dans les glaces des pôles…L’eau autrefois potable en Bretagne ou dans la plaine de la Beauce est désormais impropre à la consommation pour cause de pollution aux nitrates (trop de déjections animales et une utilisation excessive des engrais chimiques).

 

Il ne s’agit pas ici de faire du catastrophisme, mais de prendre conscience de l’impact considérable des activités humaines sur notre écosystème. Le citoyen responsable se doit donc d’infléchir ses comportements pour assurer l’avenir des générations futures. Il est possible d’agir dans de nombreux domaine à l’échelle individuelle de façon à préserver les ressources naturelles, la qualité de l’air ou celle de l’eau. Avec une multitude de gouttes d’eau ou peut obtenir une grande rivière…

        

Nous sommes directement concernés aujourd’hui par la mise en place du plan départemental de gestion des déchets. Il s’agit de « gérer » au mieux les déchets des particuliers, des entreprises, des artisans, des activités médicales…Bientôt il nous sera demandé de participer aux différentes opérations de tri sélectif. Le ministère de l’environnement avait fixé à chaque département un objectif de 50% de collecte en vue du recyclage

 

Mais pourquoi trier ?

Le tri sélectif des déchets ménagers permet de recycler différents matériaux : verre, papier, cartons, métaux, matières plastiques, pneus, huiles usagées….Il permet donc de limiter le recours aux ressources naturelles : minerais, forêts, pétrole, gaz…

Les déchets triés ne seront pas incinérés, donc il y aura économie de combustible !

Le compostage individuel des déchets fermentescibles aboutit à une réduction de 30% environ de la taille de nos poubelles : pourquoi incinérer des épluchures, des restes de repas, des tontes de pelouses alors qu’ils peuvent engraisser nos jardins ou nos massifs de fleurs ? ( 48% des savoyards demeurent en habitat horizontal)

En apportant en déchetterie toutes  les piles usagées, les solvants, les restes de peinture ou de lasure, les produits phytosanitaires, les batteries, on limite la pollution des nappes phréatiques et des boues des stations d’épuration. Il en va de même en rapportant à la pharmacie les vieux médicaments ou les anciennes radiographies.

En pratiquant le tri sélectif, on limite le recours à l’incinération qui présente des inconvénients : surveillance attentive des rejets atmosphériques, production de mâchefers contenant des métaux lourds et de « REsidus de Filtration des Ordures Ménagères (REFIOM) », hautement toxiques. Les mâchefers sont utilisés le plus souvent dans les travaux routiers dans des conditions précises (pas de lessivage par l’eau) mais aucun suivi à long terme n’existe…Les REFIOM sont expédiés dans des décharges dites de classe I à l’extérieur du département. Pour combien de temps encore ?

En triant nos déchets il est possible de limiter le recours à l’incinération ou à l’enfouissement, et la production de résidus délicats à gérer sur le long terme.

 

Quelques chiffres :

Chaque français produit en moyenne 350Kg de déchets ménagers par an. En Savoie la « production » des touristes s’ajoute à la nôtre ce qui porte cette moyenne autour de 430Kg/ habitant permanent.

Le contenu moyen d’une poubelle est le suivant :               Verre                                   13%

                                                                  Plastiques                            11%

                                                                  Papiers cartons, publicités   25%

                                                                  Matières organiques            29%

La simple lecture de ces chiffes montre qu’avec un peu de discipline et de bonne volonté le chiffre de 50% de recyclage fixé par le ministère est réaliste.

En combinant le compostage individuel, la collecte intégrale du verre, des papiers et des métaux, on peut atteindre 66%.

 

Bien sûr, cela n’est possible que si toute la population joue le jeu. La population de Tarentaise saura t-elle relever ce défi ??

 

Alain Machet.