Déposition concernant le dossier UTN de construction de nouveaux lits touristiques à Valmorel,          le 1er février 2008

 

 

         La station de ski de Valmorel vient de présenter un dossier UTN pour augmenter sa capacité d’hébergement d’au moins 1500 lits soit une surface SHON de 40 000m².

 

         On note page 23 du dossier que la fréquentation touristique de la Tarentaise en hiver stagne voire régresse… On observe que dans toutes les stations de ski le parc locatif se banalise progressivement : des logements deviennent des résidences principales ou secondaires et ne sont plus louées, du moins officiellement. En fait un nombre important d’appartements continuent d’être loués mais les revenus ne sont pas déclarés. Des ventes à la découpe de gros investisseurs ont amplifié le phénomène.

 

La commune des Avanchers envisage comme nombre de ses consoeurs d’urbaniser un nouveau site pour aboutir à une résidence hôtelière. L’objectif avoué étant d’augmenter la fréquentation de la station en attirant une part plus importante de clientèle étrangère.

 

Comme souvent, l’examen à l’échelle communale de ce projet peut paraître plutôt positif. Mais n’oublions pas que la fréquentation de notre vallée reste stable. Il est regrettable de constater ici comme ailleurs que l’on écarte rapidement la question de la remise à niveau du parc immobilier qui ne trouve plus preneur. Certes, cette option n’est pas facile à  mettre en œuvre, mais elle mériterait que tous les acteurs de Tarentaise  réfléchissent aux moyens susceptibles de la rendre opérationnelle.

 

La conséquence est évidente : on observe des grues dans un grand nombre de stations de la vallée. Au lieu de restaurer et d’améliorer l’isolation des logements, on construit partout de nouveaux bâtiments à l’architecture souvent irréprochable. On avance aussi l’argument des énergies renouvelables : chaudières à granulés, panneaux solaires etc... Curieusement, ce n’est pas le cas ici pour le moment.

 

         Combien de nouveaux logements touristiques envisage t-on de construire en Tarentaise aujourd’hui ? Qui peut répondre à cette question ? Quelle surface de montagne s’apprête-t-on à artificialiser ? Faute d’une réflexion d’ensemble, chaque station continue sa politique individuelle d’extension urbanistique. Mais comme la fréquentation stagne, il est probable que les gains d’un site se font au détriment d’autres qui ont négligé de réhabiliter leur parc immobilier. Cela entraîne certainement une nouvelle augmentation des lits "froids".

 

L’actualité ne permet pas d’ignorer les risques qui pèsent sur l’activité touristique hivernale en Tarentaise. Qui peut dire qu’il y aura encore de la neige dans nos massifs dans vingt ans ? Est-il bien raisonnable de penser encore en termes de croissance ?

 

         Enfin, on remarque que de nombreuses communes (Landry, Valmorel, Saint-Martin, Montvalezan…) sont en train de réclamer des modifications de POS ou de PLU. Le plus souvent il s’agit de construire des résidences hôtelières. Progressivement et de façon diffuse, l’équivalent d’une nouvelle grande station de ski se construit dans notre vallée. Cette observation devrait amener tous les acteurs responsables à réclamer d’urgence un SCOT et un gel de toutes les constructions touristiques tant que l’on n’aura pas une vue d’ensemble du phénomène.

 

         L’association Vivre en Tarentaise souhaite que cette demande comme d’autres du même type soit au moins ajournée afin que l’on mette un coup d’arrêt à la frénésie actuelle de bétonnage de la montagne savoyarde.

 

                   Au nom de l’association le président : Alain  Machet