Voilà un communiqué réconfortant!
Dommage que Vivre en Tarentaise, faute de volontaires, n'ait pas pu participer à cette action.
Félicitations à tous ceux qui étaient sur le terrain!
René Pinck.

 

Vivre en Maurienne - Valloire Nature et Avenir - FRAPNA Savoie -

Comité régional de la FFCAM  - Paysages de France - Mountain Wilderness

Transvalquad 2010 : la dernière ?

Du 25 au 27 juin, les quadeurs et les motards à la recherche de parcours insolites étaient invités à Valloire pour participer à la Transvalquad 2010, à laquelle s'ajoutait la première Transvalmoto.

Nous nous réjouissions l'an dernier de la prise en compte par la préfecture des demandes légitimes et légales de nos associations et des quelques propriétaires ayant osé se déclarer opposés au passage des itinéraires sur leurs terrains. Le Préfet de la Savoie avait en effet confirmé que le tracé historique de la Transvalquad portait non seulement préjudice à l'environnement, mais aussi aux droits des propriétaires fonciers. De cinq jours, la manifestation avait été réduite à quatre jours puis à trois ; les itinéraires autorisés avaient été très fortement réduits pour prendre en compte cours d'eaux et zones humides, zones de captage d'eau, stations de tétras-lyre, zones protégées par arrêté de biotope… Nous ne doutions pas alors que pour l'édition 2010, l'arrêté préfectoral d'autorisation, s'il était pris, serait encore plus dissuasif.

C'est ce que devait se dire également l’organisateur de la Transvalquad (Quad Organisation Outdoor Event), qui a préféré renoncer à solliciter cette autorisation pour 2010, en choisissant d'afficher une « réduction de voilure » de l'évènement : passer ainsi sous les seuils leur a permis de simplifier la procédure administrative en ne faisant qu'une simple déclaration. Seuls deux « circuits », une rando patrimoine à travers les hameaux de la commune et une rando gastronomique (de fermes en fermes pour déguster les spécialités locales), sur voies ouvertes à la circulation publique, ont donc fait l'objet d'une déclaration en préfecture. L'organisateur a parallèlement demandé à la municipalité de Valloire l'autorisation d'ouvrir une zone consacrée aux essais de véhicules, sans que la préfecture ne soit informée. L'ouverture de telles zones dans le cadre d'une manifestation motorisée est pourtant soumise à autorisation du préfet...
Par ailleurs, dans les tracts annonçant cet hiver la manifestation, les quadeurs étaient invités à circuler librement au cours de "randos libres" reprenant « le parcours des années passées où vous pourrez vous évader à plus de 2700m d’altitude ».
Et cerise sur le gâteau, les mêmes organisateurs ont créé cette année, au même endroit et les mêmes jours, la Transvalmoto, salon de la moto proposant des essais « outdoor ».

Plutôt qu'une réduction de voilure, il est manifeste que les organisateurs ont tenté de "saucissonner" les activités qu'ils proposent de manière à passer sous les seuils les obligeants à instruire en préfecture une plus exigeante demande d'autorisation !


Nos associations ont alerté les services de l'État, tout en rappelant les enjeux environnementaux et l'opposition au passage des quads sur leurs terrains d'un nombre de plus en plus grand de propriétaires privés. Le sous-préfet de Saint-Jean-de-Maurienne a délégué un nombre important de gendarmes et d'agents de l'Office national de la chasse et de la faune sauvage (ONCFS) pour encadrer la manifestation. Nous étions également présents sur les lieux, munis de mandats, afin de faire respecter l’opposition à la circulation sur les terrains privés.

Force est de constater que cette édition 2010 a été un véritable fiasco pour ses organisateurs : contrairement aux promesses faites aux participants, les quadeurs ont dû se contenter de circuler sur la RD 902 entre col du Télégraphe et col du Galibier. Quelques uns ont pu également tester les nouveautés sur la piste de ski grimpant à la Sétaz. Mais ils sont très loin, contrairement aux éditions précédentes, d'avoir pu sillonner la montagne à leur guise, au mépris d'une nature fragile et du droit des propriétaires. Certains, individus isolés ou, plus grave, groupes encadrés, n'ont pu résister et ont été logiquement verbalisés par la Gendarmerie et  l'ONCFS.

Nos associations se réservent bien entendu le droit de donner toutes les suites judiciaires nécessaires, en particulier en ce qui concerne la zone d'essai et les divagations qui ont fait l'objet de procès verbaux.

Enfin, nous voulons réitérer notre opposition de fond à de tels salons et manifestations faisant la promotion des loisirs motorisés, pratiques qui vont exactement à l’encontre des comportements qu’il convient d’encourager aujourd’hui. Ce n'est pas pour rien que le Comité de Massif des Alpes a adopté une motion dans laquelle il est écrit : « le développement des loisirs motorisés —motos-neige, quads, circulation des véhicules tout terrain, manifestation autour de ces véhicules— est contradictoire avec les efforts effectués pour valoriser le paysage et le milieu naturel. »

Qui, aujourd’hui, peut encore raisonnablement estimer que la Transvalquad 2010 ne doit pas être la dernière ?

Pour les associations Vivre en Maurienne, Valloire Nature et Avenir, Fédération régionale de protection de la nature Savoie,
Comité régional de la Fédération française des clubs alpins et de montagne, Paysage de France et Mountain Wilderness
,

Annie Collombet, Présidente de Vivre en Maurienne