Vivre en Tarentaise

Association agréée pour la protection de la nature

Le Villaret 73550 Les Allues                                                                                                                          le 16 .05.2004

 

Déposition à l’enquête publique relative au renforcement

de la ligne très haute tension Grand Cœur Pomblière.

 

A Monsieur le Commissaire-Enquêteur.

 

 

                   L’association « Vivre en Tarentaise » souhaite que l’impact paysager lié au renforcement de cette ligne THT soit le plus limité possible. Elle note qu’au Villard, il y aurait une amélioration dans ce domaine. Mais il semble que cela ne sera pas le cas au Pradier. Est-il nécessaire de souligner l’impact désastreux des multiples  pylônes et lignes qui découpent ce versant.

         Dans le hameau du Pradier, une maison est en construction à l’aplomb immédiat de la future ligne. L’exemple bien connu du GAEC de Granier dont les vaches souffrent d’inflammation des pis durant leur séjour en hiver sous la ligne THT devrait conduire à ne pas reproduire les erreurs du passé….

         Les études sur l’influence des champs électromagnétiques sur la santé humaine sont plutôt rassurantes à ce jour. Des scientifiques français ou étrangers continuent cependant de contester leurs conclusions. Certains individus ne sont-ils pas beaucoup plus sensibles que d’autres à ces champs ? Il nous paraît donc nécessaire d’être très prudent et d’appliquer par avance le « principe de précaution » qui devrait faire partie intégrante de la Constitution de notre République très bientôt.

 

         Aussi, l’association « Vivre en Tarentaise » souhaite-elle, qu’afin de limiter les effets sur les paysages et sur la santé des habitants concernés, on envisage :

 

         1°) De respecter une distance minimum de 250 m entre la ligne et les habitations ou les étables.

         2°) D’enterrer la ligne sur un ou plusieurs tronçons. Cela semble techniquement possible pour de courtes distances.

 

         En espérant que nos remarques pourront être prises en compte, nous vous adressons, Monsieur le commissaire enquêteur, nos sincères salutations.

 

                   Au nom de l’association, le président Alain Machet