Vivre en Tarentaise.

Association agréée pour la protection de la nature.

Le Villaret 73550 Les Allues

 

Objet : enquête publique relative à la protection du hameau

du Villard à Landry contre les crues.                                                                         le                        

 

 

 

            Les travaux envisagés ont pour but de renforcer la protection des habitations contre les crues du ruisseau des Villards. Ce dernier a connu trois très grosses crues durant les huit dernières années. D’autres cours d’eau du versant ont subi également des débordements spectaculaires accompagnés de gros dégâts : torrents de la Ravoire, des Michailles, et du Saint Pantaléon.

 

            A la suite de la dernière crue, une étude hydraulique a été engagée sur l’ensemble du versant à la demande notamment de la commune de Bourg saint Maurice. Les conclusions de cette étude, dont on trouvera une copie jointe, montrent que l’urbanisation intensive de la station des Arcs et le remodelage des pistes de ski, ont conduit à un accroissement considérable du débit des principaux torrents du versant lors des crues.

            L’instabilité des terrains traversés fait que ces crues s’accompagnent le plus souvent de lave torrentielles. La création de barrages suite à l’effondrement des berges occasionne lors des ruptures, des vagues ou plutôt des avalanches de troncs, rochers mêlés à de la boue qui provoquent des dégâts considérables en aval. Ainsi, un bloc de rocher de deux mètres de côté est-il parvenu jusqu’au Villard du milieu lors du dernier épisode. La chance a voulu qu’il n’y ait ni victime, ni habitation détériorée.

Le cabinet chargé de l’étude hydraulique a proposé différentes mesures pour améliorer la protection des biens et des personnes :

 

1°) Au niveau des villages.

 Renforcement des digues de protection et augmentation de la capacité d’évacuation des lits des torrents les plus instables. Particulièrement au Villard de Landry et entre les villages de Gondon à Bourg saint Maurice

2°) Au niveau de la station des Arcs.

 Plusieurs torrents qui n’ont pas encore subi de gros débordements pourraient dans l’avenir voir leurs lits déstabilisés et connaître le même sort que leurs voisins. Aussi le captage des différents ruisseaux au niveau des Arcs est-il vivement conseillé. Collecte dans un ou plusieurs bassins de rétention. Liaison avec l’Isère par une conduite forcée.

 

            L’enquête en cours a pour but principal, d’exposer ce qui est envisagé an niveau du hameau des Villards à Landry. D’autres travaux sont à l’étude sur les villages de Gondon à Bourg Saint Maurice.

            Il apparaît clairement dans l’enquête hydraulique, que les travaux au niveau des villages sont nécessaires, mais pas suffisants. J’habite depuis plus de vingt ans dans ce hameau. Le ruisseau il y a dix ans à peine coulait paisiblement à 20cm sous le niveau de la route sans grosse protection. Depuis, le premier débordement, les digues réalisées sont régulièrement rehaussées. Souhaitons qu’il s’agisse ici du dernier niveau supplémentaire.

J’aimerais insister  lourdement, pour que les services de l’état et la municipalité de Landry veillent à ce que la  partie des travaux à l’étage des Arcs ne soit pas oubliée….

 

            Une réflexion est en cours en ce moment à Bourg saint Maurice. Mais l’ampleur des travaux nécessaire va entraîner de très lourds investissements. Les chois techniques qui seront faits, devront avoir comme souci premier l’efficacité et non le moindre coût. Il est certain que la commune de Bourg ne pourra pas faire face seule aux travaux indispensables. Aussi, l’association Vivre en Tarentaise, souhaite-t-elle, que l’Etat apporte une aide financière et technique pour que les solutions les plus sûres pour toute la population du versant puissent être mises en œuvre dans les meilleurs délais.

La population concernée comprend au moins un millier de personnes réparties dans tous les hameaux présents sous la station. Des travaux ont déjà été réalisés sur le torrent de la Ravoire (barrages), puis sur celui des Michailles (bassin d’orage, conduite forcée), et à plusieurs reprises (digues) sur les ruisseaux des Villards ou du Saint Pantaléon. Lors du premier débordement (celui de la Ravoire), il avait été recommandé par le RTM de capter l’ensemble des torrents et de les conduire à l’Isère. Vingt ans après, les études continuent et les digues sont rehaussées une fois de plus….Il est temps qu’une solution globale soit envisagée.

 

            En ce qui concerne les travaux projetés au Villard d’amont, il va de soi que la digue la plus haute et la plus solide sera la meilleure. La hauteur amont envisagée est de 6m, pour se terminer à 3.5m au niveau du radier. Il est permis de se demander si cette dernière côte est suffisante.

Aussi, il serait intéressant d’abaisser le radier d’un mètre en maintenant la hauteur extérieure envisagée pour la digue.

Cela permettrait en augmentant la profondeur du lit d’élever  de fait, la hauteur de la digue en aval. Cela éviterait aussi de déverser les 75 m3 de rocher sous le radier pour rétablir la continuité du lit.

Jusqu’à présent, les débordements ont principalement eu lieu dans la partie amont du lit. Il est vrai que le rehaussement envisagé et l’élargissement du lit devraient apporter une amélioration à la sécurité du village. Mais il est possible malgré tout que des débordements latéraux se produisent. C’est pourquoi, il serait préférable de rehausser cette digue également dans sa partie aval.

Il est souhaitable évidemment que la partie extérieure de cette digue soit recouverte de terre végétale  convenablement nivelée pour des raisons à la fois esthétiques et d’entretien.

 

            Un lit majeur a été créé lors du dernier débordement pour canaliser les boues éjectées par-dessus la berge. Le profil actuel de la route donne à ce dispositif un caractère très aléatoire. Il paraît souhaitable que la route reconduise naturellement les laves vers ce lit majeur. Pour cela, l’inclinaison et le tracé de la route devraient être revus. Dans l’état actuel des choses, la maison de Monsieur Garçon et le garage de Monsieur Machet héritent des laves « indisciplinées ». Comme la commune de Landry envisage la réfection de la route après les travaux sur les berges du ruisseau, cette mesure pourrait facilement être mise en œuvre.

 

Le ruisseau des Villards a connu autrefois une vie aquatique importante. Elle s’est maintenue (à un état très modeste) jusqu’au dernier débordement grâce aux efforts de quelques pêcheurs. Si les travaux envisagés au niveau des Arcs sont réalisés un jour, ce qui paraît indispensable, il deviendra réaliste d’envisager une réintroduction de salmonidés dans ce cours d’eau. Aussi, il paraît souhaitable, en abaissant le radier d’un mètre, de supprimer la cascade actuelle en aval du passage à gué qui empêche toute remontée de poissons. De la même façon, il paraît nécessaire  de maintenir  la rigole centrale de circulation pour les truites à venir.. Soyons optimistes !

La prise d’eau qui existe encore dans cette rigole et qui alimente un bief, pourrait être remplacée par un bac en ciment alimenté par un tuyau PVC amovible ou un autre système.

 

Au nom de l’association le président Alain Machet.

 

Les personnes dont les références suivent s’associent à cette déposition.

 

Nom

Adresse

signature