Centre thermoludique de Bourg Saint-Maurice

 

L’association Vivre en Tarentaise vient de prendre connaissance du dossier UTN de centre thermo ludique qui est envisagé dans les marais de Bourg Saint Maurice.

Il s’agit pour la commune de construire un centre ludique sur le thème de l’eau en utilisant la source d’eau « tiède » de Bonneval (28 °C). Une salle des congrès de 1000 places, un casino, des commerces, un bar à eau, un salon de massage, un orgue à eau, des logements pour le personnel dans un site qui reste à préciser et enfin 3000 lits touristiques seraient construits et vendus pour financer l’ensemble de l’opération.

 

Le dossier semble très bien  présenté sous l’angle de l’environnement : recours aux énergies renouvelables, parvis réservé aux piétons, bâtiments sur pilotis, nichoirs pour les oiseaux, mare à crapauds, plantation d’arbres, transports collectifs, vélos en libre service….Il s’agit aussi pour la commune de compléter l’activité liée au ski par un nouveau "produit", voire d’anticiper un déclin  du tourisme d’hiver pour cause d’effet de serre. Vivre en Tarentaise ne peut que saluer à priori toutes ces bonnes intentions. Enfin, les promoteurs du projet souhaiteraient  pallier un manque d’hôtellerie destinée à une clientèle fortunée.

        

Malgré cette présentation orientée sous un jour très favorable, ce projet appelle différentes remarques :

 

1°) La zone du marais de Bourg Saint Maurice est un espace naturel, plat, de qualité qui abrite une faune avicole et aquatique remarquable. Cette zone est très facilement accessible depuis le centre ville pour les piétons et les cyclistes. Aussi, elle est très fréquentée par un large public : sportifs et scolaires bien sûr, mais on peut y rencontrer aussi des familles accompagnées de jeunes enfants et des personnes âgées qui apprécient cet espace boisé, calme et plat. Il est clair que nombre de naturalistes y  viennent observer des oiseaux ou des batraciens. Le site est apprécié par la clientèle familiale qui fréquente la commune durant l’été. Il est question d’amputer de 9,5 hectares cette surface qui comprend en tout 19,5 hectares. Même si le secteur le plus sensible ne sera pas touché directement, il est probable que des effets indirects se feront sentir. La partie que l’on envisage d’urbaniser est le secteur le plus fréquenté par la population. On peut penser qu’elle sera tentée d’aller se ressourcer auprès des milieux humides. D’autre part, il serait étonnant que "la zone sensible"soit indifférente dans son fonctionnement au secteur de forêt sèche que l’on envisage de banaliser. Ce marais de Bourg forme un tout !

 

2°) L’équilibre financier du projet est assis sur la vente de résidences de luxe pour aboutir à 3000 lits. Nous laisserons les spécialistes se pencher sur les comptes et les évaluations que l’on peut y trouver. L’impression qui semble se dégager de l’expertise effectuée par l’ASADAC  est que la rentabilité ne sera pas assurée dans n’importe quelles conditions. De nombreuses incertitudes subsistent quant au rôle de la commune et aux aménagements connexes (réseaux, parkings, accès, transports collectifs) qui devront être menés et financés. Sans la vente des 3000 lits touristiques, le projet ne serait pas finançable…Si le parc de logements touristiques venait à se banaliser progressivement, la commune ne pourrait plus faire face aux dépenses de fonctionnement et d’investissement grâce aux  retombées fiscales. Il n’est pas impossible non plus que les charges d’entretien évoluent à la hausse plus rapidement que les retombées fiscales.

 

3°) L’espace urbanisable autour de Bourg Saint-Maurice est très restreint. On sait que de nombreuses personnes recherchent un logement dans la vallée. Il ne sera probablement pas possible de répondre à la fois aux demandes de logements et d’installations d’entreprises, tout en préservant d’une part les surfaces de fauche nécessaires au maintien de l’agriculture locale et d’autre part les paysages de notre vallée (deux hectares de surface agricole sont encore exploités dans l’emprise du projet) …  Il nous semble que si une petite partie de ces marais devait être urbanisée, elle devrait être réservée à la construction de logements collectifs réservés aux personnes dont les revenus sont modestes.

Les élus de Tarentaise, mènent actuellement une vaste réflexion sur la gestion de l’espace à l’échelle Tarentaise. L’idée d’un SCOT fait son chemin même si toutes les collectivités ne sont pas encore convaincues. Ce projet de centre thermoludique devrait à notre avis être réexaminé après la mise en place d’un SCOT de façon que l’on puisse avoir un vision globale de tous les impacts possibles: consommation d’espace, logement, biodiversité, concurrence d’autres sites potentiels (Brides et La Léchère), paysages, qualité et cadre de vie des habitants …

 

4°) Clientèle de luxe ou clientèle modeste ?

On remarque, et cela n’est pas la première fois que cela est envisagé, qu’il est question de déplacer le camping du Versoyen. Ce mode de tourisme permet à une clientèle souvent peu fortunée de fréquenter nos massifs été comme hiver. Le centre de vacances "Renouveau" n’est pas fréquenté non plus par une clientèle haut de gamme. L’association Vivre en Tarentaise tient à  affirmer son attachement au maintien et au développement de ce type d’hébergement qui n’est pas si fréquent en Tarentaise. Le regroupement des deux structures sur un seul site se traduirait certainement par une perte de lits  et par une baisse de la qualité des prestations.

 

En conclusion de nombreuses questions.

Un des arguments évoqués pour étayer ce projet est que le tourisme d’hiver se déroule sur une petite partie de l’année et que, d’autre part, les risques climatiques font peser une menace sérieuse sur la pérennité de cette activité. Aussi, on envisage de construire 3000 lits supplémentaires en fond de vallée, réservés à une clientèle de luxe dans un espace remarquable. Pourquoi ne pas envisager de mieux remplir les lits existants aux Arcs qui sont vides 75% du temps….A quoi serviront ces lits dans vingt ou trente ans ?

Il est question de créer de nouveaux commerces dans ce complexe aqua-ludique. Est-il raisonnable d’ouvrir une nouvelle zone commerciale dans Bourg Saint-Maurice ? Quelles seront les conséquences sur le centre ville ?

C’est très bien de penser à des transports en commun, ou à la mise à  disposition de vélos pour les touristes, mais il faudrait peut être envisager cela d’urgence à l’échelle Tarentaise pour la population qui vit ou travaille sur place. Avant d’augmenter la capacité touristique de la vallée, ne faudrait-il pas favoriser l’acheminement des touristes par les transports en commun : bus et train ?

La commune de Bourg Saint Maurice a besoin à l’évidence d’une Salle des Fêtes digne de ce nom et ce depuis longtemps. Pourtant, elle a su trouver les moyens d’en construire une aux Arcs récemment : la salle Bernard Taillefer qui semble peu fréquentée… Pourquoi ne pourrait-elle pas consentir les mêmes efforts vis-à-vis de sa population permanente ?  En ce qui concerne les congrès, il faudrait peut être penser à faire mieux  fonctionner les équipements de la station des Arcs sur l’année pour ce type de clientèle.

L’idée d’un centre ludique utilisant l’eau de Bonneval n’est pas forcément mauvaise, mais il reste à trouver un site moins pénalisant pour l’environnement : peut-être dans ou autour du centre "Renouveau" ?  Il reste aussi à préciser qui aurait le privilège de le  fréquenter…

Mais ne  conviendrait-il pas avant tout  de laisser aboutir  cette vaste réflexion sur la gestion des l’espace Tarentaise. Le marais de Bourg Saint-Maurice fait partie du patrimoine de la Tarentaise.  Saurons-nous maintenir et préserver ce qui reste du caractère paysager de cette vallée ?

 

Vivre en Tarentaise le 24 novembre 2007.