Objet: 8 mai 2004 : l'«Appel de Paris» / SIGNATURE DE L¹APPEL DE PARIS

 

ENVIRONNEMENT Soixante-seize personnalités dont plusieurs Nobel de médecine dénoncent le laxisme face à la production et l'usage de substances toxiques et appellent à signer L'«Appel de Paris» contre la pollution chimique

 

SIGNATURE DE L¹APPEL DE PARIS
 
Vous pouvez signer l¹Appel de Paris , par courrier électronique à l'adresse suivante appel2paris@wanadoo.fr en indiquant votre prénom, votre nom, votre profession et votre pays de résidence ..   Merci

 

Vous trouverez ici le nom des premiers signataires :  http://www.artac.info/signataires.htm

 

 Catherine Petitnicolas   [08 mai 2004] Le Figaro


Soixante-seize personnalités françaises et étrangères (1) scientifiques, médecins, philosophes, humanistes, juristes, politiques, etc., ont lancé hier à l'Unesco l'«Appel de Paris» exhortant les pouvoirs publics nationaux, et internationaux, en particulier l'ONU, à combattre la pollution chimique qui constitue une menace grave pour la survie de l'espèce humaine.

C'est un appel sans précédent, destiné à mobiliser tous les citoyens de la planète sur les dangers de ces polluants qui contribueraient à l'augmentation préoccupante de nombreux cancers, à la survenue de cas toujours plus nombreux de stérilités masculine et féminine et à celle de malformations congénitales ou de fausses couches. Lancé à l'initiative du cancérologue Dominique Belpomme, président de l'Artac (association française pour la recherche thérapeutique anticancéreuse) qui espère recueillir un million de signatures, ce texte préconise d'interdire l'utilisation des produits «dont le caractère cancérogène, mutagène ou toxique pour la reproduction est certain ou probable chez l'homme».

Parmi ces produits toujours plus nombreux, citons les hydrocarbures aromatiques polycycliques, les dioxines et les PCB, l'amiante, les métaux lourds, les pesticides, les additifs alimentaires, etc. Or ces substances ne sont pas ou peu biodégradables et persistent dans notre environnement, dans l'eau, l'air et les sols et polluent donc l'ensemble de la chaîne alimentaire.

Ce texte recommande aussi d'appliquer le principe de précaution vis-à-vis de tous les produits chimiques pour lesquels il existe un danger présumé grave ou irrémédiable, «sans attendre la preuve formelle d'un lien épidémiologique. et ce afin d'éviter des dommages sanitaires ou écologiques graves ou irrémédiables». Il réclame aussi de respecter des normes toxicologiques «basées sur une évaluation des risques encourus par les individus les plus vulnérables, c'est-à-dire les enfants, voire l'embryon».

Pour le professeur Samuel Epstein (Chicago), «Prix Nobel alternatif», «il est indispensable de ne pas cacher à nos concitoyens que l'on constate une escalade vertigineuse de cancers, sans aucun lien avec une quelconque exposition au tabac (même si celui-ci est un cancérigène reconnu). Mais les responsables sanitaires tendent à minimiser l'effet des polluants chimiques. Pourtant les chiffres sont éloquents.» En France entre 1980 et 2000 le nombre de cancers de la thyroïde s'est accru de 150%, celui des lymphomes non hodgkiniens de 103%, du sein de 60%, du cerveau de 57%, du testicule de 46%, les leucémies aiguës de 36%. De même, aux États-Unis, on a recensé une hausse de 60% des cas de leucémies et de 48% des tumeurs malignes du cerveau. Une hausse encore largement inexpliquée.

«Il nous faut déclencher un véritable plan Marshall de l'environnement au niveau européen, un plan qui dépasse les habituelles clivages politiques, ni de gauche ni de droite, mais capable de faire obstacle aux lobbies industriels qui font pression sur les instances internationales», soutient le professeur Belpomme.

Car en février 2001, la Commission européenne avait mis en place un programme baptisé Reach destiné à offrir au public une meilleure protection vis-à-vis des polluants chimiques. Il stipulait en particulier que les industriels devaient fournir un minimum d'informations avant la mise sur le marché d'un nouveau produit. Et il renversait la charge de la preuve : au fabricant de démontrer que son produit n'est pas toxique pour l'homme. Mais ce texte a fait l'objet d'une vive opposition des industriels, avec l'appui du gouvernement de George Bush, aux États-Unis. Un nouveau Reach très édulcoré a été élaboré en octobre dernier, dénoncent les organisateurs de l'appel. Pour le député européen belge Paul Lannoye, «il faudrait de nouveaux amendements pour restaurer le texte initial. Or il y a eu des manoeuvres pour reporter le vote de ce texte après les élections européennes afin de bénéficier des appuis des dix nouveaux pays qui ne vont certainement pas contribuer à renforcer ce texte dans le sens d'une plus grande protection des citoyens». C'est dire l'importance de cet «Appel de Paris» qui devrait mettre la pression sur les candidats aux européennes.

«Il faut certes beaucoup de temps entre le moment où un produit exerce sa dangerosité et le moment où l'on s'en rend compte», reconnaît l'ancien ministre de l'Environnement, Corinne Lepage. «Il n'est que de voir le cas de l'amiante qui, selon l'Agence européenne de l'environnement, devrait provoquer de 250 000 à 500 000 décès en Europe. Mais quand on voit la volonté des groupes industriels de continuer à diffuser à grande échelle des produits reconnus dangereux, pourquoi ne pas envisager d'introduire la notion de crime contre l'humanité lié à une pollution chimique volontaire ?»

(1) Parmi les signataires, figurent de grands noms de la médecine et des sciences comme Jean Bernard, Jean-Pierre Changeux, Yves Coppens, Boris Cyrulnik, Jean Dausset, Samuel Epstein, Lucien Israel, François Jacob, Albert Jacquard, Luc Montagnier, Jean-François Narbonne, André Picot, Hubert Reeves ; mais aussi de l'environnement Edward Goldsmith, Nicolas Hulot, Corinne Lepage, Jean-Marie Pelt, l'ancien secrétaire général de l'ONU, Boutros Boutros-Ghali, et deux députés verts européens – le Belge Paul Lannoye et le Luxembourgeois Claude Turmes.

 Bonjour...Le voici l'appel de Paris : Nous étions 500 à la Maison de l'UNESCO le 7 MAI 2004 Jamais a-t-on vu autant de professeurs ! Il y avait parmi les sommités les plus en vue : Samuel Epstein et Luc Montagnier qui, lui,  inaugurait la conférence. Sous l'oeil du cancérologue dynamique Dominique Belpomme même l'ancien Secretaire Général de l'ONU Boutros Boutros-Ghali a été persuadé de signer le document très important ci-joint. A vous de jouer. Il nous faut un million de signatures de plus, même davantage.  En vous souhaitant bonne reception, Paul Matthews.

SIGNATURE DE L'APPEL DE PARIS

Nom __________________________________________________________

Profession ______________________________________________________

Courriel________________________________________________________

Pays _________________________________________________________

Vous pouvez signer l'Appel de Paris sur  Appel2paris@wanadoo.fr

Sinon merci d'envoyer cette feuille signée à:

Association française pour la Recherche Thérapeutique Anti-Cancereuse ARTAC  57-59 rue de la Convention 75015 Paris

Tél : 00 33 (0)1 45 78 53 53         Fax : 00 33 (0)1 45 78 53 50

e-mail : artac.cerc@wanadoo.fr     Web site : www.artac.info